Le 18 avril 2018, les Parlementaires de la Guadeloupe et de la Martinique étaient reçus par Annick GIRARDIN, ministre des Outre-Mer sur le dossier des sargasses.

Les parlementaires regrettent unanimement l’absence de Nicolas HULOT, ministre d’Etat, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire à cette rencontre qui devait constituer la réponse du Gouvernement aux différentes interpellations des parlementaires appelant l’Etat à prendre ses responsabilités dans la gestion de ce fléau environnemental dont les conséquences sont à la fois écologiques, sanitaires et économiques.

Les Sénateurs et les Députés de la Guadeloupe ont réaffirmé avec force qu’il y a urgence.

Les parlementaires jugent encore largement insuffisants les engagements pris par la ministre des Outre-mer devant eux.

Ils réitèrent avec force et détermination leur demande de mise en oeuvre d’un plan d’actions efficaces visant à permettre le ramassage des algues échouées sur les côtes de l’archipel et le blocage des bancs d’algues qui dérivent actuellement depuis l’Amérique du sud en direction de celles-ci. C’est d’ailleurs dans ce sens que s’inscrit la proposition de loi du Sénateur Dominique THEOPHILE que l’ensemble des parlementaires de la Guadeloupe soutiennent énergiquement.

Les Députés et les Sénateurs ont également exigé les résultats des recherches menées sur la pollution de l’environnement générée par le phénomène et que le sujet soit évoqué dans le cadre de la COP22.

Dans le même esprit, ils demandent des clarifications quant à l’hypothèse d’évacuation des populations riveraines, considérant les difficultés de mesure des taux de H2S émis par les algues échouées.

Les parlementaires qui constatent quotidiennement les incidences désastreuses du phénomène sur le littoral guadeloupéen resteront vigilants quant au suivi de l’ensemble de ces demandes.


Contact presse :
– Keyza NUBRET, 0670 93 86 67, sophie.grand-bonheur@clb-an.fr
– Sandrine SERVA, 0690 75 89 28, s.serva@ose.gp