OUTRE-MER. Les 54 députés de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale ont décidé, mercredi, à l’issue de l’audition du préfet, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier, de réaliser une enquête sur les discriminations dont sont victimes les ultramarins dans leurs territoires comme dans l’Hexagone.

Olivier Serva, le président de la délégation outre-mer, qui a annoncé que la délégation serait dotée de moyens supplémentaires dont un administrateur de plus et 70 000 euros pour les voyages, a enregistré le nom de cinq co-rapporteurs qui auront la charge d’écrire « le grand livre des discriminations des populations ultramarines ».   Ce « grand livre » sera subdivisé en sous-chapitres. Ainsi, l’un sera spécifiquement dédié aux discriminations dont sont victimes les homosexuels, bisexuels et transsexuels en Outre-mer où ils sont particulièrement décriés, un autre aux discriminations raciales et un autre encore au handicap… Les députées Laurence Vanceune-brock-Mialon (LREM, Allier) et Ramlati Ali (LREM, Mayotte) seront spécifiquement chargées des discriminations LGBT. Les autres co-rapporteurs sont Maud Petit (Modem, Val-de-Marne), Cécile Rilhac (LREM, Val-d’Oise) et Josette Manin (Nouvelle gauche, Martinique).  Contesté lors de son élection à la présidence de la délégation outre-mer pour avoir parlé, il y a cinq ans de l’homosexualité comme d’une abomination, Olivier Serva parvient ainsi à redorer son blason au sein de son groupe politique « gay friendly » assumé.

FXG, à Paris

SOURCE : https://www.clicanoo.re