Il y a lieu en effet de s’interroger et d’être dubitatif s’agissant de la gestion impartiale de ces biens communaux par le maire des Abymes.

À la lumière d’un comportement récurrent consistant à refuser systématiquement la mise à disposition des centres culturels et sportifs de la ville à tous ceux qui marquent une quelconque opposition à la majorité municipale, il nous apparaît évident que nos biens à tous sont purement et simplement instrumentalisés à des fins bassement politiques.

Ces lieux publics, dont l’entretien et le fonctionnement sont financés à grands frais par les deniers de tous les Abymiens seraient-ils sortis du domaine public pour entrer dans la sphère privée du maire, voués de ce fait à son usage exclusif et à celui de ceux qui lui ont prêté allégeance ?

Le code général des collectivités territoriales précise en l’espèce qu’il ne peut y avoir d’esprit partisan dans la gestion des biens culturels communaux dont la vocation première est : « d’oeuvrer à l’animation socio-culturelle à destination de la population locale ou de passage ».

Ce samedi 10 mars, le maire des Abymes s’est une fois de plus rendu coupable de transgression flagrante des règles nécessairement impartiales en matière d’usage des bâtiments culturels communaux en refusant d’attribuer le Centre culturel Sonis à Eko Zabym et ses alliés pour l’organisation d’une conférence-débat
exposition. Le thème de cette belle manifestation « Bien s’alimenter, un enjeu pour notre société guadeloupéenne » se prêtait pourtant au consensus car il s’agissait de traiter de la santé publique en Guadeloupe sous l’angle de nos habitudes nutritionnelles. Il s’agissait aussi de porter un éclairage salutaire sur tous ces artisans qui oeuvrent pour que se pérennisent une filière d’agro-transformation des produits de notre terroir. L’expertise d’Eko Zabym et de ses alliés en matière d’organisation et le prestige des intervenants ont donné lieu à une manifestation qui a suscité un fort engouement populaire.

Aveuglé par des a-priori et un esprit partisan, le maire n’a pas su discerner l’intérêt d’une telle manifestation sur le territoire abymien. Elle s’est donc déroulée au Centre culturel Rémy Nainsouta à Pointe-à-Pitre alors que Sonis était inoccupé.

Nous prendrons à témoin la population abymienne si de tels comportements venaient à se reproduire.
Nous appelons enfin le maire à la raison, et à enfin placer l’intérêt collectif au-dessus de ces basses manoeuvres partisanes.

Olivier SERVA, EKO ZABYM et ses ALLIÉS.


Contact Presse : Sandrine SERVA 0690 75 89 28 sandrineserva@hotmail.com