Loading

Archive

Communiqués de presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Olivier Serva se félicite des avancées positives pour la filière canne-sucre dans les territoires ultramarins

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Olivier Serva se félicite des avancées positives pour la filière canne-sucre dans les territoires ultramarins

Le jeudi 18 juillet 2019, le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et le Ministère des Outre-mer ont annoncé le maintien de l’enveloppe nationale de 38 millions d’euros par an visant à compenser l’impact de la fin des quotas sucriers en Europe pour les filières sucrières de La Réunion et de la Guadeloupe, pour la durée des conventions canne signée dans ces deux départements (jusqu’en 2021 pour La Réunion et 2022 pour la Guadeloupe).

Cette annonce fait suite à une forte mobilisation des acteurs de cette filière et des parlementaires de la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale afin de garantir la compétitivité et l’accompagnement étatique de la filière canne-sucre dans les départements d’Outre-mer.

Le maintien de cette aide permettra de garantir annuellement 193,6 millions d’euros qui bénéficieront à la filière canne-sucre de La Réunion et de la Guadeloupe, permettant à ces dernières de produire près de 250 000 tonnes de sucre par an.

  1. Olivier Serva, Président de la Délégation aux Outre-mer et Député de la 1ère circonscription de la Guadeloupe, s’était attaché à suivre attentivement ce dossier, notamment suite à l’audition par la Délégation aux Outre-mer de M. Gérard BALLY, fondateur et Président d’Eurodom ainsi que des représentants des filières le jeudi 4 juillet 2019. Trois parlementaires de la Délégation aux Outre-mer ont été nommé lors de cette réunion afin d’accompagner les représentants des filières dans le cadre des négociations sur cette thématique.
  2. Olivier Serva se félicite de voir que les recommandations de la Délégation aux Outre-mer ont été entendues et ont favorisé la décision positive du gouvernement mais reste néanmoins attentif aux futures discussions qui se tiendront entre le gouvernement et les acteurs de la filière quant à l’exigence de construire un projet agricole durable, global et soutenable dans le temps pour ces filières.

Contact presse :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE PUBLICATION DU COMPTEUR EMPLOI OUTRE-MER : OLIVIER SERVA SALUE DES CHIFFRES POSITIFS POUR L’ECONOMIE LOCALE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE PUBLICATION DU COMPTEUR EMPLOI OUTRE-MER : OLIVIER SERVA SALUE DES CHIFFRES POSITIFS POUR L’ECONOMIE LOCALE

Le mardi 16 juillet 2019 a eu lieu la présentation du Compteur emploi Outre-mer, un nouveau dispositif présentant l’évolution trimestrielle de l’emploi au sein des départements d’Outre-mer. Ce Compteur emploi Outre-mer, dont l’objectif est d’évaluer rapidement les mesures gouvernementales prises en faveur des économies ultramarines, met en avant des chiffres positifs pour le secteur économique guadeloupéen.

Pour le premier trimestre 2019, les évolutions positives sont les suivantes :

  • Sur un an, les effectifs salariés du secteur privé hors intérim ont augmenté de 2,6%, soit une création de 1 810 postes ;
  • On souligne également une évolution de 0,2% des effectifs des salariés et agents du secteur public sur la période allant du 31 mars 2018 au 31 mars 2019 ;
  • Au premier trimestre 2019, 1 336 entreprises ont été créées, dont 299 micro-entrepreneurs. Le nombre de créations d’entreprises a augmenté de + 12,9% sur un an ;
  • Les immatriculations sous le statut de micro-entrepreneurs continuent d’augmenter: le micro-entrepreneuriat est à l’origine d’une création d’entreprises sur cinq ;
  • Les contrats initiatives emploi, qui visent à faciliter l’accès durable à l’emploi des personnes sans emploi, ont progressé de manière constante avec 178 embauches au cours du 1er trimestre 2019 ;
  • 129 jeunes ont été accueilli au 1er trimestre 2019 dans le cadre du Dispositifs Garanties jeunes, pour un total de 419 jeunes. Cela marque une progression de 41,6% par rapport au premier trimestre 2018 ;
  • Enfin, 145 nouvelles entrées ont été retenu en tant que volontaires stagiaires du Service Militaire Adapté (SMA).
  1. Olivier Serva, Député de la 1ère circonscription de la Guadeloupe, se félicite de la publication de ces chiffres positifs qui démontrent une augmentation de la création d’entreprises sur le territoire ainsi que l’impact concret de plusieurs mesures en faveur de l’emploi et de l’insertion professionnelle, telle que les contrats initiatives emploi et le dispositif Garanties jeunes.

Contact presse :

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE OLIVIER SERVA RECLAME PLUS D’INGENIERIE POUR LES COLLECTIVITES EN OUTRE-MER

COMMUNIQUÉ DE PRESSE OLIVIER SERVA RECLAME PLUS D’INGENIERIE POUR LES COLLECTIVITES EN OUTRE-MER

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

OLIVIER SERVA RECLAME PLUS D’INGENIERIE POUR LES COLLECTIVITES EN OUTRE-MER

La Commission des Finances de l’Assemblée Nationale évaluait aujourd’hui les politiques publiques menées en Outre-mer.

En sa qualité de rapporteur spécial sur le budget des Outre-mer, Olivier SERVA a attiré l’attention de la ministre des Outre-mer et de l’ensemble de ses collègues sur les problèmes causés par le manque d’ingénierie à tous les niveaux de l’administration. En effet, cette défaillance s’observe aussi bien au niveau des services centraux de l’Etat, notamment au sein de la Direction Générale des Outre-mer, qu’au niveau des services déconcentrés de l’Etat ou encore des collectivités territoriales.

Le Député de la Guadeloupe a invité la ministre à répondre rapidement à cette difficulté qui empêche une utilisation optimale des crédits disponibles pour les territoires d’Outre-mer. Ceci a pour conséquence notable un ralentissement dans la mise en œuvre des projets portés dans les territoires qui nuit à l’efficacité des politiques publiques.

En réponse, Annick GIRARDIN, ministre des Outre-mer a assuré que son ministère réfléchissait aux différents moyens de renforcer l’ingénierie dans les territoires. Elle a notamment évoqué un pool d’ingénierie à la disposition des collectivités territoriales et des services déconcentrés de l’Etat et qui serait abrité par le ministère des Outre-mer.

Olivier SERVA assure qu’il sera vigilant à ce que les pistes évoquées par la ministre soient suivies d’effets.

Contact presse :

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE CHRISTINE ANGOT : DES PROPOS PROFONDEMENT CHOQUANTS MERITANT UNE CONDAMNATION JUDICIAIRE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE CHRISTINE ANGOT : DES PROPOS PROFONDEMENT CHOQUANTS MERITANT UNE CONDAMNATION JUDICIAIRE

 

Paris, le 4 juin 2019

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

CHRISTINE ANGOT : DES PROPOS PROFONDEMENT CHOQUANTS MERITANT UNE CONDAMNATION JUDICIAIRE

 

Dans la nuit du 1er juin 2019, la chroniqueuse de l’émission « On n’est pas couché », Christine ANGOT, a déclaré à propos de la Shoah et de l’esclavage colonial « qu’il n’était pas vrai que les traumatismes étaient les mêmes » et qu’il fallait « que les esclaves soient en bonne santé pour être vendus » contrairement aux juifs déportés.

 

En sus de la relativisation des souffrances endurées pendant plus de quatre siècles par les victimes de la traite négrière et de l’esclavage colonial, ces propos inadmissibles ravivent une concurrence des mémoires que le travail commun des associations était parvenu à apaiser.

 

Olivier SERVA, Président de la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée Nationale rappelle à la chroniqueuse que « le cynisme c’est connaître le prix de tout et la valeur de rien ».

 

En s’exprimant avec une telle légèreté, Madame ANGOT a fait la démonstration de sa méconnaissance de la valeur historique très grave de ses propos. Elle prouvait ainsi que l’histoire de l’esclavage lui échappait totalement ; qu’elle ignorait le nombre de morts qu’il a fallu pour capturer les esclaves. Elle illustrait ne pas savoir que l’Atlantique est un cimetière océanique où ceux qui n’ont pas supporté les conditions inhumaines de la traite à bord des navires négriers ont été jetés.

 

Outre le fait qu’ils sont profondément choquants, les propos de Madame Christine ANGOT sont susceptibles d’être qualifiés de révisionnistes et de négationnistes des crimes contre l’humanité qu’ont été la traite négrière et l’esclavage colonial. A ce propos, Olivier SERVA rappelle que l’article 24 bis de la loi du 27 juillet 1881 sur la liberté de la Presse sanctionne par un an d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende ceux qui auront nié, minoré ou banalisé de façon outrancière, et de façon publique, l’existence d’un crime contre l’humanité de réduction en esclavage ou d’exploitation d’une personne réduite en esclavage.

 

Le Président de la Délégation aux Outre-mer adressera au Procureur de la République de Paris ainsi qu’au Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel une lettre afin de les entretenir de ces événements.

 

Dans la mesure où le Procureur de la République de Paris considérait que l’arsenal juridique était insuffisant en l’état actuel de la législation pour condamner de tels propos, Olivier SERVA annonce qu’il déposerait alors une proposition de loi afin d’étendre l’application de cette peine aux propos niant, minorant ou banalisant les crimes contre l’humanité mentionnés par la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite négrière et de l’esclavage comme crime contre l’humanité.

Olivier SERVA

Député de la Guadeloupe

Président de la Délégation aux Outre-mer

Contact presse :

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : CONGÉS BONIFIÉS : RIEN NE DOIT SE FAIRE SANS UNE PLUS GRANDE CONCERTATION AVEC LES PERSONNES CONCERNÉES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : CONGÉS BONIFIÉS : RIEN NE DOIT SE FAIRE SANS UNE PLUS GRANDE CONCERTATION AVEC LES PERSONNES CONCERNÉES

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
CONGÉS BONIFIÉS :
RIEN NE DOIT SE FAIRE SANS UNE PLUS GRANDE CONCERTATION AVEC LES PERSONNES CONCERNÉES.
Le jeudi 16 mai 2019, la Délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale s’est réunie en vue de la présentation d’un rapport d’information sur les congés bonifiés réalisés par Messieurs Lénaick ADAM (Guyane) et David LORION (La Réunion).

Les rapporteurs ont rappelé l’origine de ce dispositif qui a permis à nos concitoyens d’Outre-mer de préserver le lien avec leur territoire d’origine avant de redire l’objectif fixé par le Président de la République : « plus souvent moins longtemps ». 

Ils ont porté 7 préconisations qui ont été unanimement adoptées par les membres de la Délégation :
  • Favoriser la concertation préalable à la réforme en entendant les fonctionnaires ultra-marins, leurs représentants professionnels et associatifs, leurs élus et en prenant leurs arguments en considération.
  • Passer un marché interministériel permettant d’acheter des billets d’avion au meilleur prix et avec un maximum de souplesse. Réfléchir à un mécanisme qui permette d’y associer les deux autres fonctions publiques de manière à les faire bénéficier des meilleurs tarifs. 
  • Acheter le plus précocement possible les billets d’avion, d’autant que les dates de départ sont généralement fixées six mois à l’avance.
  • Examiner les critères relatifs au CIMM (Centre des Intérêts Matériels et Moraux) avec bienveillance et ne pas les utiliser comme un moyen de réguler le nombre de congés bonifiés.
  • Appliquer strictement les mêmes critères à tous les demandeurs de congés bonifiés, quelles que soient leurs administrations d’origine. Créer, si nécessaire, un groupe de travail interministériel pour harmoniser les pratiques et réduire le nombre de recours contentieux.
  • Porter à dix ans la périodicité d’examen des CIMM, actuellement fixée à trois ans.
  • Étendre le dispositif des congés bonifiés aux collectivités du Pacifique s’il apparaît que nos concitoyens originaires de ces territoires subissent une rupture d’égalité par rapport à ceux des départements d’outre-mer.
Le Gouvernement ayant nié toute motivation financière, les rapporteurs ont principalement insisté sur leur première recommandation. Ils invitent en conséquence les ministres à prendre le temps de la réflexion et de la concertation avant la réforme. 

« La réforme est prématurée » selon le Président de la Délégation, Olivier SERVA qui explique qu’elle doit être repensée collectivement avec les directions des ressources humaines, les administrations, les syndicats et plus largement les fonctionnaires concernés par cet acquis social nécessaire au ressourcement des ultramarins.

 Les co-rapporteurs ont appelé à élargir la concertation et à ne pas réformer contre la volonté des ultramarins. Citant Mandela, ils ont mis en garde : « Ce que vous faites pour moi mais sans moi, vous le faites contre moi ».  

 

 

 

Contact presse :

Olivier SERVA se félicite de la pré-selection des quartiers de Cap’Excellence dans le cadre de l’initiative « Cité éducative »

Olivier SERVA se félicite de la pré-selection des quartiers de Cap’Excellence dans le cadre de l’initiative « Cité éducative »

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Olivier SERVA se félicite de la pré-selection des quartiers de Cap’Excellence dans le cadre de l’initiative « Cité éducative »  

Le jeudi 2 mai 2019, M. Jean-Michel BLANQUER, Ministre de l’Education nationale et de la jeunesse et M. Julien DENORMANDIE, Ministre de la Ville et du Logement ont annoncé la pré-selection de 80 territoires qui pourront bénéficier du nouveau dispositif gouvernemental des « Cités Educatives », comprenant notamment les quartiers de Chemin neuf, Carénage et Darboussier au sein de la Communauté d’agglomération Cap’Excellence.

L’objectif du programme des « Cités Educatives » est de soutenir les dynamiques territoriales de coopération éducative et d’organiser autour de l’école une alliance de l’ensemble des acteurs éducatifs afin de mieux accompagner les enfants et les jeunes vers la réussite, depuis le plus jeune âge et jusqu’à l’insertion professionnelle. Ce programme s’oriente principalement vers les quartiers jeunes et à faible mixité.

L’enjeu est donc pour ces quartiers de lutter plus efficacement contre la ségrégation urbaine et sociale, de rétablir l’égalité des chances pour chaque enfant et d’appuyer les parcours d’émancipation des jeunes.

Les maires des communes sélectionnées auront jusqu’au 30 juin 2019 afin de présenter un avant-projet ambitieux pour justifier le label « cité éducative ».

Olivier SERVA, Député de la 1ère circonscription de la Guadeloupe, se félicite de la pré-sélection des quartiers de Chemin neuf, de Carénage et de Darboussier et soutiendra âprement, comme à l’accoutumée, les dossiers de candidature auprès du Gouvernement, une fois qu’ils seront déposés en bonne et due forme par les municipalités des Abymes et de Pointe-à-Pitre.

 

Contact presse :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ÉCONOMIE : DES SIGNAUX POSITIFS LIÉS AU RÔLE PROACTIF DE LA RÉGION GUADELOUPE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ÉCONOMIE : DES SIGNAUX POSITIFS LIÉS AU RÔLE PROACTIF DE LA RÉGION GUADELOUPE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
ÉCONOMIE : DES SIGNAUX POSITIFS liés AU RÔLE PROACTIF DE LA région GUADELOUPE

L’Institut d’Emission des Départements d’Outre-mer (IEDOM) a publié sa note du mois d’avril 2019 sur la conjoncture économique de la Guadeloupe.

Cette note retient notamment qu’après une croissance soutenue de la richesse créée en Guadeloupe en 2017 (3,4% en volume), les chefs d’entreprises interrogés par l’IEDOM font état d’une nouvelle progression de leur activité en 2018. Le climat des affaires est ainsi globalement favorable sur l’année.

De plus, l’IEDOM retient quelques signes d’amélioration du marché de l’emploi. En effet, le nombre de demandeurs d’emploi a diminué de 2,7% sur l’année 2018. Cette baisse s’observe notamment chez les plus jeunes puisqu’elle s’élève à 12.5% chez les moins de 25 ans.

Par ailleurs, la consommation des ménages est tractée par ces bons chiffres de l’emploi et progresse en moyenne de 4,5% tandis que la hausse de l’investissement se confirme avec une augmentation notable des crédits à l’investissement qui est évaluée à 8,2%.

Ces deux dernières hausses devraient permettre d’entretenir la croissance, la baisse du chômage dans un cycle vertueux de l’économie entamé en 2016 avec l’arrivée aux responsabilités de l’équipe régionale actuelle emmenée par le Président de Région Ary CHALUS.

Olivier SERVA, Député de la Guadeloupe et Président de la Commission du développement économique du Conseil Régional se félicite de ces résultats qui démontrent le succès de la méthode de gouvernance d’une « Région stratège » par la majorité régionale. Il rappelle à ce titre la fonction motrice de la collectivité qui est le chef de file du développement économique dans l’archipel.

Les efforts réalisés par l’équipe régionale traduits par les soins d’Olivier SERVA à la tête de la Commission du développement économique de la Région, se poursuivront en ce sens dans les secteurs porteurs tels que le secteur touristique, du BTP ou encore celui de l’économie verte notamment.

Contact presse :

Keyza NUBRET, 0670 93 86 67, sophie.grand-bonheur@clb-an.fr

Sandrine SERVA, 0690 75 89 28, sandrine.serva@clb-an.fr

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE NOTRE DAME DE PARIS : UNE TRISTE SCENE POUR LA NATION FRANÇAISE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE NOTRE DAME DE PARIS : UNE TRISTE SCENE POUR LA NATION FRANÇAISE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE  

NOTRE DAME DE PARIS : UNE TRISTE SCENE POUR LA NATION FRANÇAISE

 

Olivier SERVA, Député de la Guadeloupe et Président de la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale, partage l’émoi de la nation française exprimée à la suite de l’embrasement de la cathédrale Notre Dame de Paris.

Le Député Olivier SERVA se dit d’autant plus touché par cet incendie qu’il y a tout juste un mois, il a eu l’occasion, avec sa famille, de visiter l’ensemble de la cathédrale en compagnie de Monseigneur Jean-Yves RIOCREUX, Evêque de Guadeloupe et ancien Recteur de la Cathédrale de Notre Dame de Paris.

Du sacre de Napoléon aux obsèques de François Mitterrand, Notre Dame de Paris a été le théâtre de tant de moments forts de l’histoire de France. C’est donc un pan tout entier de la nation française qui s’en est allé dans les flammes.

En cette période sainte, le Député a une pensée pour l’ensemble des croyants que cet événement invite au recueillement. Il salue également le travail impressionnant fourni par les sapeurs-pompiers de Paris qui ont sauvé la structure de l’église au péril de leur vie.

Le Député indique toutefois que cette nouvelle doit être accueillie par l’ensemble des français avec la résilience qui permettra la reconstruction de la cathédrale. Ainsi, l’ensemble des parties prenantes du monde de la culture et de l’univers religieux se tendront la main dans un esprit de concorde afin de se donner les moyens pour rebâtir l’édifice.

C’est la condition essentielle pour que celle-ci puisse continuer de faire l’histoire de France.

Contact presse :