Loading

Blog

Actualités - Olivier SERVA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Projets d’actions en faveur des populations LGBT ultramarines

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Projets d’actions en faveur des populations LGBT ultramarines

Ce lundi 16 octobre 2017, Monsieur Olivier SERVA, Député de la Guadeloupe et Président de la délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale, a reçu différentes personnalités engagées contre les discriminations faites aux personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) ultramarines. Ce faisant, il donnait suite, d’une part, à l’alerte lancée par l’artiste Y-Man (Monsieur Gaspard ARENDEL) sur la situation de ces personnes en Guadeloupe et dans la diaspora guadeloupéenne (où, trop souvent, elles souffrent dans l’indifférence) ; Monsieur SERVA donnait également suite, d’autre part, au dialogue engagé depuis plusieurs années avec la Fédération Total Respect (Tjenbé Rèd) qui représente les Français/es d’Outre-mer LGBT et leurs ami/e/s.

Étaient ainsi présent/e/s : Monsieur Frédéric POTIER, Préfet en charge de la Dilcrah (Délégation interministérielle à la lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine Anti-LGBT), Monsieur Franck AUBRY, Chargé de mission à la Dilcrah (Lutte contre la haine anti-LGBT et la haine sur internet), l’association Kiss représentée par son Président Monsieur Patrick PROSPÉRI et par Monsieur ARENDEL, ainsi que Total Respect représentée par sa Présidente, la Réunionnaise Madame Juëlle BOYER et par Messieurs David Sar AUERBACH CHIFFRIN, Pascal A. et Denis LARGUÈZE.

Madame Laurence VANCEUNEBROCK-MIALON, Députée de l’Allier, particulièrement sensible à ces sujets, était représentée.

Plusieurs projets ont été envisagés au cours de cette réunion de travail, jugée très productive, afin notamment de mettre en oeuvre certains axes de la déclaration de principes et d’objectifs adoptée le 14 février 2017, lors des États généraux des Français/es d’Outre-mer LGBT & de leurs ami/e/s (co-organisés par Total Respect et le ministère des Outre-mer).

À l’issue de cette réunion, ces projets ont reçu les encouragements et l’accord de principe de l’ensemble des personnes présentes. Au nombre de ces projets, figurent notamment la tenue, en Guadeloupe, d’États généraux des personnes LGBT & de leurs ami/e/s (sur une proposition de Total Respect), ainsi que l’expérimentation d’une ligne d’écoute en Guadeloupe et ouverte à la diaspora guadeloupéenne, dédiée aux personnes LGBT ainsi qu’à leurs familles, pour laquelle la Dilcrah apporterait un soutien (sur une proposition de l’association Kiss)…Par ailleurs, le Député et le Délégué interministériel se sont engagés à soutenir la diffusion des actes de la conférence de lancement, le 14 février, des États généraux des Français/es d’Outre-mer LGBT & de leurs ami/e/s.


Contacts presse :
Keyza NUBRET GRAND-BONHEUR, pour Olivier SERVA,
06 70 93 86 67 –  sophie.grand-bonheur@clb-an.fr

Association Kiss : M. Patrick PROSPÉRI
06 35 78 67 02 – kiss.productions@numericable.fr

Fédération Total Respect : David Sar AUERBACH CHIFFRIN
06 10 55 63 60 – federation@tjenbered.fr

 


 

Les élus des Outre-mer obtiennent gain de cause sur les contrats aidés

Les élus des Outre-mer obtiennent gain de cause sur les contrats aidés

Les élus des Outre-mer obtiennent gain de cause sur les contrats aidés

 

L’action concertée de l’ensemble des élus ultramarins en réaction à l’annonce de
baisse du nombre de contrats aidés a fini par porter ses fruits.

Olivier SERVA, Président de la Délégation aux outre-mer de l’Assemblée
nationale s’est entretenu dans l’après-midi avec le cabinet du Président de la
République et avec la ministre des Outre-mer. Et après d’ultimes discussions
faisant référence au travail important et collectif abattu par l’ensemble des
parlementaires ultramarins, il a été réaffirmé par l’exécutif l’intention d’accorder
une attention particulière au maintien du contingent de contrats aidés en Outremer
par rapport à la baisse prévue en hexagone.

Pour la Guadeloupe en particulier, le Gouvernement s’est engagé par un courrier
signé par la ministre des Outre-mer et adressé au Député Olivier SERVAà couvrir
les besoins des collectivités et associations du territoire « dans les mêmes
conditions que l’accord passé avec la Martinique afin de respecter le principe
d’équité entre les territoires ».

Le Président de la Délégation aux outre-mer se réjouit de l’écoute accordée par
l’exécutif et de ces progrès qui permettront d’apaiser le contexte social particulier
de la Guadeloupe et d’accompagner la mise en place de dispositifs d’insertion
professionnelle pérennes.


Contact presse Paris : Keyza NUBRET 0670 93 86 67,
sophie.grand-bonheur@clb-an.fr

Olivier SERVA et Total Respect ouvrent un nouveau dialogue pour les français(es) d’Outre-mer LGBT

Olivier SERVA et Total Respect ouvrent un nouveau dialogue pour les français(es) d’Outre-mer LGBT

Olivier SERVA, député de la Guadeloupe et président de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, a reçu le 26 septembre la Fédération Total Respect (Tjenbé Rèd ) qui représente les Français/es d’Outre-mer LGBT (lesbiennes, gais, bi & trans).

La Réunionnaise Juëlle BOYER et le Martiniquais David Sar AUERBACH CHIFFRIN, présidente et porte-parole de Total Respect, ont de nouveau pris acte des excuses de Monsieur SERVA. « Vos regrets », a déclaré Madame BOYER, « permettent un dialogue renouvelé sur des questions délicates qui concernent de nombreuses familles Ultramarines ».

En 2012 lors d’un débat télévisé avec Total Respect, Olivier SERVA avait pris position contre le mariage pour tous. « Depuis, j’ai entendu les souffrances que mes paroles ont pu occasionner », a-t-il déclaré : « Aujourd’hui, je veux mieux comprendre la situation des personnes et des familles concernées, je veux leur proposer des politiques publiques. »


Le Député Olivier SERVA rencontre David AUERBACH CHIFFRIN, porte parole de la fédération
Total Respect pour échanger  le 26 septembre 2017.

Total Respect a évoqué les stéréotypes qui stigmatisent les Français/es d’Outre-mer LGBT, en situation d’intersectionnalité. « Trop souvent », a déclaré Monsieur AUERBACH CHIFFRIN, « le harcèlement LGBT- phobe vise les plus jeunes ou les plus fragiles, qui ne peuvent en parler à personne. Trop souvent, leur alternative reste le suicide ou l’exil. »

Olivier SERVA et Total Respect entendent désormais organiser une rencontre élargie à d’autres associations avec, notamment, la délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer (Diecfom) et la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine envers les personnes LGBT (Dilcrah). Il s’agira d’engager, au plus vite, certaines des actions qu’appelle la déclaration ci-jointe, adoptée le 14 février lors des États généraux des Français/es d’Outre-mer LGBT et de leurs ami/e/s.

Olivier SERVA
Député de la Guadeloupe
[ Contact presse ]
Keyza NUBRET
06 70 93 86 67
sophie.grand-bonheur@clb-an.fr

Juëlle BOYER
Présidente de Total Respect
[ Contact presse ]
David Sar AUERBACH CHIFFRIN
06 92 15 90 51 | 06 10 55 63 60
federation@tjenbered.fr

Télécharger le Communiqué de presse

 

Les producteurs agricoles face aux députés

Les producteurs agricoles face aux députés

Les producteurs agricoles face aux députés

Vendredi, à Petit-Bourg, le monde agricole a exposé ses difficultés aux députés.

Depuis quelques jours, les députés de la Guadeloupe rencontrent les socioprofessionnels. Vendredi matin, Olivier Serva (1re circonscription), Justine Bénin (2e) et Max Mathiasin (3e) ont rencontré des acteurs du monde agricole, à la Sicapag (Société d’intérêts collectifs agricoles des producteurs agricoles de Guadeloupe), à Colin Est, à Petit-Bourg. Indisponible cette semaine, Hélène Vainqueur-Christophe, députée de la 4e circonscription, était représentée par ses collaborateurs.
Au cours de la réunion, la délégation, composée de membres de la Sicapag et de l’Union des producteurs de la Guadeloupe (UPG), a exposé les difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs du secteur.
« Il ne faut pas nier que le monde agricole connaît de nombreux problèmes, mais c’est aussi un secteur dynamique, reconnaît Max Mathiasin. Dans le cadre de nos travaux de députés, nous rencontrons ceux qui agissent en Guadeloupe dans les secteurs économiques ou sociaux. Pour nous, ce travail est indispensable. »
RETRAITE, INSTALLATION DES JEUNES, ETC.
Plusieurs thématiques ont été abordées au cours de la matinée : la retraite agricole, l’installation des jeunes agriculteurs, la préservation des terres agricoles ou encore le financement par les fonds européens.
« Les députés viennent à la source pour prendre les informations. Nous apprécions la démarche, indique Alex Bandou, secrétaire général de l’Union des producteurs de la Guadeloupe (UPG). Nous avons abordé plusieurs thèmes, dont la retraite agricole qui est un sujet complexe. Il n’est pas concevable que sur le territoire français, il y ait autant de disparités. En Guadeloupe, nous sommes à 320 euros en moyenne, alors que dans l’Hexagone, ils sont à 750euros en moyenne. »
Il a également été question de l’attractivité du monde agricole au cours de cette rencontre. « Comment motiver les jeunes à s’installer en tant qu’agriculteurs, quand on leur promet 320 euros de retraite en fin de carrière ?, dit Emmanuel Colette, directeur général de la Sicapag. L’attractivité de ce secteur est une vraie problématique. L’accès au foncier est un sujet important aussi. Sur 40 000 ha de terres agricoles, 10 000 sont incultes, c’est-à-dire insuffisamment cultivées ou en friche. Nous leur avons soumis toutes ces problématiques. Ils trouveront ou pas des solutions. »
La semaine prochaine, les députés poursuivront leurs visites, notamment à Pôle emploi et à la Direction départementale de la sécurité publique. Des rencontres qui leur permettront de préparer les assises de l’Outre-mer, programmées en octobre.
La Sicapag, 7 millions d’euros de chiffre d’affaires
La Sicapag (Société d’intérêts collectifs agricoles des producteurs agricoles de Guadeloupe), créée en 2000, regroupe une centaine de producteurs répartis sur toute la Guadeloupe. Elle s’occupe de la mise en marché de leurs productions (banane, melon, ananas, légumes, plantes aromatiques, fleurs, etc.) auprès des grandes et moyennes surfaces, des collectivités et hôtels. La gestion des fonds européens et l’encadrement technique font aussi partie des missions des 20 salariés. La Sicapag, c’est 5 500 tonnes de fruits et légumes par an, pour un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros.
Source : http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/economie/les-producteurs-agricoles-face-aux-deputes-445710.php